Oasis

Dakhla

Dakhla est l’oasis la plus éloignée du Caire et considérée une des plus belles de l’Egypte.
Elle est située dans une dépression avec environ 30'000 acres de terre cultivée, et est entourée de falaises roses.
La plupart des 40'000 résidents sont des paysans qui luttent constamment contre les dunes qui menacent d’envahir les champs et les vergers. Des zones fertiles où on cultive le riz, le blé et le maïs sont logées entre des dunes de sable qui longent les routes de Farafra et Kharga, une région d’une beauté exceptionnelle. Dans les jardins poussent le plus souvent des palmiers à dattes, figuiers, abricotiers et citronniers. Malgré sa croissance qui a doublé, Dakhla a conservé l’essentiel de sa culture et de son charme, et les subsides gouvernementaux ainsi que les formations techniques ont redonné vie à l’économie.

Les recherches ont prouvé que l’oasis avait été habitée depuis l’air préhistorique et qu’il y avait un énorme lac. Des peintures néolithiques trouvées sur des pierres montrent que le lac avait été visité par des éléphants, buffles et autruches. Lorsque le lac s’était asséché, les habitants ont émigré vers la vallée du Nil, où ils deviennent probablement uns des premiers colonisateurs.